Vendre légalement sur Internet en étant salarié

Vendre légalement sur Internet en étant salarié

Maintenant que votre système est intégralement prêt, vous pouvez attirer des visiteurs grâce au référencement naturel, les convaincre grâce à des articles de qualité et les rediriger vers votre page de vente pour tenter de les convertir en clients. Après l’achat vous pouvez communiquer avec eux pour les réactiver et augmenter vos ventes. Une source de revenus passifs grâce à la vente de vos connaissances.

Mais qui dit “source de revenus” dit impôts, statut juridique, déclaration, formalités. Rien de compliqué à cela, gardez la tête froide et suivez le guide.

Quel statut adopter pour un vendre sur Internet ?

Je tiens tout d’abord à préciser qu’il est nécessaire de garder en tête la date d’écriture de cet article (2017) et la limite géographique (France). A vous de vérifier que la situation est adaptable dans votre propre cas.

Rappelons que notre objectif est de créer une entreprise totalement passive pour vendre nos connaissances sur Internet dans le but de pouvoir cumuler notre activité en ligne et notre statut actuel (employé, étudiant ou autre). Nous voulons également sortir toute notion de temps dans la création de valeur afin de pouvoir passer un minimum de temps à gérer notre business passif.

Vendre ses connaissances sur Internet en étant salarié de manière légale
Vendre ses connaissances sur Internet en étant salarié de manière légale

Les avantages du statut d’auto-entrepreneur (micro entrepreneur)

Pour ces raisons de cumul d’activité et de légèreté administrative, je ne passerai pas par quatre chemins pour vous dire que :

Le statut d’auto-entrepreneur (micro-entrepreneur) est de très loin le plus adapté.

Les formalités se limitent à :

  1. création de l’auto-entreprise,
  2. déclaration comme activité secondaire et non principale,
  3. déclaration de chiffre d’affaire 1 fois tous les 3 mois, en ligne, 3 cases à remplir + 1 clic sur un bouton validé. En gros : 5 minutes tous les 3 mois

Les avantages de ce statut sont également nombreux :

  1. pas besoin de recourir à un comptable,
  2. franchise de TVA, donc vos prix sont exprimé HT = TTC. C’est un point extrêmement positif, notamment si vos clients sont majoritairement des particuliers.
  3. statut spécialement conçu pour faciliter le cumul et légèreté administrative.

La franchise de TVA : 20% de marge en plus

Si vos clients sont essentiellement des particuliers, ce qui est mon cas, alors ils ne se soucient pas du taux de TVA. Que votre prix comprennent 0 ou 20% de TVA ce qui importera au client sera le prix TTC car il ne pourra pas récupérer le montant de la TVA contrairement aux entreprises. Ce point est un avantage exceptionnel : vous gagnez 20% de marge de plus que vos concurrents !

La franchise de TVA : une chance incroyable pour gagner 20% de marge en plus !
La franchise de TVA : une chance incroyable pour gagner 20% de marge en plus !

En effet, rappelez vous que vous allez vendre un livre numérique et que vous serez donc en concurrence avec les éditeurs traditionnels qui eux facturent de la TVA. Sur chacun des produits qu’ils vendent, 20% sont directement donné à l’Etat ! En tant qu’auto-entrepreneur, vous ne facturez pas de TVA. Vos clients vont comparer le prix TTC de votre ouvrage avec le prix TTC de la concurrence, pas le prix HT.

Vous avez donc d’office un avantage de 20% sur le prix affiché !

La franchise de TVA : pas de récupération possible

Le revers de la médaille est que vous ne pouvez pas récupérer le montant de la TVA sur les achats que vous faites pour votre entreprise. C’est le cas de votre hébergement par exemple : vous payez le montant TTC et la TVA reste à votre charge. Et ce le cas également de… ben de rien d’autre en fait !

Eh oui ! Vous vendez des produits NUMÉRIQUES ! Vous n’achetez pas de matière, vous n’avez pas de locaux à payer, rien ! Aucun frais = aucun intérêt à récupérer de la TVA.

Face à ceux qui vous opposeront cette limite du statut, gardez bien en tête que votre activité est totalement dématérialisée et que vous n’achetez rien.

Vous pouvez donc y aller tête baissée : contactez la Chambre de Commerce et l’Industrie de votre département pour vous renseigner sur les modalités de création de votre auto-entreprise.

Quelles sont les obligations liées à la vente en ligne ?

Pour pouvoir vendre vos produits en ligne, vous devez respecter plusieurs obligations légales :

  1. Créer une page de “Mentions légales”. Cette dernière peut également faire office de “Conditions Générales de Vente”. De nombreux générateurs en ligne existent pour créer une base solide et pertinente pour ces pages. Une simple recherche Google vous proposera de nombreux services, je vous laisse tester et juger directement par vous-même.
  2. Offrir à vos clients la possibilité d’obtenir une facture indiquant votre numéro de SIRET (obtenu lors de la création de votre entreprise) et vos coordonnées.
  3. Ouvrir un compte bancaire dédié aux entrées/sorties d’argent de votre entreprise.

Faut-il ouvrir un compte bancaire “pro” ?

NON ! Surtout pas. Si vous allez voir votre banquier en lui disant que vous allez créer une activité en ligne, il va vous saouler pour vous vendre ses services pour professionnels avec terminaux de paiement et tout le kit qui va avec. Ces comptes PRO coûtent une fortune pour des services que vous n’utiliserez pas. Ne dites pas que vous allez encaisser des revenus professionnels sur ce compte, ouvrez un compte de chèque standard, tout simplement. Votre banquier vous pose problème ? Utilisez une banque en ligne.

Peut-on encaisser des revenus au nom de son entreprise sur un compte chèque standard ?

En théorie, si vous demandez à votre banquier, non. Normal car s’il vous disait oui il ne pourrait pas vous vendre sa salade, donc il dit non 🙂 !

Sauf qu’en pratique j’encaisse depuis 2009 des revenus par virement bancaire et chèque de la part de Paypal, Stripe et en direct de mes clients, le tout au nom de mon entreprise en les déposant simplement sur un compte bancaire à mon nom. Jamais personne ne m’a rien dit.

Comment faire pour que votre activité reste discrète ?

Si vous voulez cumuler une activité professionnelle et votre emploi actuel, nous avons vu que votre employeur n’a finalement pas grand-chose à dire. Toutefois, il est plus prudent de garder votre entreprise aussi discrète que possible.

Vous connaissez probablement les sites Web tels que Société.com ou autres, qui vous donnent les coordonnées des entreprises et de leurs dirigeants.

Si vous ne faites rien après la création de votre entreprise, ces sites indexeront votre entreprise et une recherche Google sur votre nom + prénom renverra toutes les coordonnées de votre société…

Cumuler une autoentreprise et un emploi salarié peut rester discret si vous le désirez
Cumuler une autoentreprise et un emploi salarié peut rester discret si vous le désirez

Comment empêcher les sites Web de diffuser les informations sur sa société ?

Il faut commencer par comprendre une chose : ces sites ne sont que des automates qui créent des pages sur la base des informations légales diffusées par les organismes gouvernementaux. En l'occurrence, l’organisme à l’origine de la diffusion est l’INSEE.

Par défaut, l’INSEE s’autorise à vendre les informations concernant votre entreprise, sans même avoir votre accord écrit.

Oui, l’Etat se fait de l’argent avec vos données personnelles sans votre consentement 🙂

Il est possible d’interdire l’INSEE de procéder à cette diffusion commerciale en envoyant un courrier recommandé au Directeur de l’INSEE (voir les mentions légales sur leur site) pour demander le retrait de votre société des listes commerciales en appliquant de vos droits légaux en matière de suppression de données personnelles. L’intégralité des demandes en ce sens sont acceptées du simple fait que l’INSEE doit se tenir à la Loi.

Ne perdez pas de temps pour envoyer votre demande de retrait !

Dès l’instant où votre société possède un numéro de SIRET, vous devez envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception. Il est indispensable d’agir le jour même. En effet, à l’instant même où votre entreprise sera immatriculée, elle apparaîtra dans les listes commerciales et ce tant que votre demande de retrait n’aura pas été traitée.

Ce qui signifie que vos données personnelles seront vendues dans cet intervalle. Plus vous attendrez, plus le nombre de sites Web ou d’autres types d’organismes vont vous inclure dans leur bases de données.

Comment retirer son entreprise des annuaires ?

Si vous avez tardé à agir ou si votre demande de retrait des listes commerciales de l’INSEE a été traitée trop tard et que des sites ont commencé à diffuser vos coordonnées personnelles, alors vous devez contacter directement les sites en question via les coordonnées inscrites dans leurs mentions légales en pied de page.

Ils sont habitués à recevoir des centaines de demande de retrait dans le mois et votre demande sera généralement traitée dans la semaine qui suit.

En cas de refus, vous devrez alors demander le retrait du résultat dans la recherche Google associée à votre nom en suivant la procédure vue précédemment.

Respectez vos obligations administratives

Cela va sans dire, mais c’est quand même mieux en le disant : vous êtes chef d’entreprise, vous avez donc des obligations. Avec le statut d’auto-entrepreneur, celles-ci sont heureusement très limitées :

  1. Tenir un listing de recettes et dépenses (même si vos dépenses ne vous permettent pas de récupérer de TVA, en cas de dépassement des plafonds vous devrez changer de statut et vous pourrez alors récupérer la TVA sur vos anciens achats réalisés sur l’année civile en cours, même lorsque vous étiez encore sous statut d’auto-entreprise)
  2. Déclarer à la fin de chaque trimestre votre chiffre d’affaire sur le site net-entreprises.fr
  3. Régler vos cotisations pas prélèvement bancaire sur le compte dédié à votre activité

Et c’est tout. Cumuler un emploi salarié et une entreprise en ligne est très simple, je vous l’ai dit dès le début et je le fais moi-même depuis 2009… Il ne vous reste maintenant plus qu’à pérenniser votre activité.

Post a comment

Qui suis-je ?

Clément

J'ai 30 ans, je suis technicien en bâtiment salarié et père de 3 enfants en bas âge. Comme tout le monde, je manque de temps. Malgré cela, je cumule depuis 2009 mon salaire et un complément de revenus passif qui me rapporte à lui seul 50 000 € par an. J'ai bien dis passif, ce qui signifie que j’engrange des revenus même en dormant, tout ça sans avoir à changer de job !
Comment ? Je vends mes connaissances sur Internet. Ce blog et la formation "Je cumule !" sont là pour vous enseigner ma méthode.

JE CUMULE / Formation complète

  • VOTRE PLAN D'ACTION COMPLET étape par étape pour doubler (ou plus) vos revenus en moins de 2 mois
  • LA MÉTHODE PARFAITE pour vendre vos connaissances sur Internet
  • VOTRE BUSINESS PLAN pour automatiser vos revenus et conserver tout votre temps libre pour vos proches
  • COMMENT CUMULER LÉGALEMENT votre emploi et votre business en ligne, pour ne plus être obligé(e) de démissionner pour entreprendre.
 
Formation numérique téléchargeable imprimable à souhait. Livraison immédiate et gratuite par mail partout dans le monde.